You are currently viewing L’évolution du graphisme et le rôle de graphiste

L’évolution du graphisme et le rôle de graphiste

Aujourdhui, j’aimerais parler de ma passion qu’est mon métier. Tout le monde sait ce qu’est le graphisme dans ses plus grandes lignes, mais il est important d’en connaître les détails. Voici pourquoi je vous invite à lire la suite et peut-etre serez -vous enclin à donner votre avis .

Lévolution du graphisme et le rôle du graphiste

Le graphisme consiste à créer, choisir et utiliser des éléments graphiques (dessins, caractères typographiques, photos, couleurs, etc.) pour élaborer un objet de communication et/ou de culture, dans le but de promouvoir, d’informer ou d’instruire.

« Le design graphique peut être défini comme le traitement formel des informations et des savoirs. Le designer graphique est alors un médiateur qui agit sur les conditions de réception et d’appropriation des informations et des savoirs qu’il met en forme. » Annick Lantenois, Historienne de l’art de formation. Lire plus.

Bien qu’actuellement le terme design graphique soit parfois jugé trop vague par certains (particulièrement en France et en Suisse), il devient de plus en plus populaire dans les pays de la francophonie et est généralement préféré au terme «graphisme» au Québec.

Depuis les débuts du graphisme jusqu’à aujourd’hui, où la communication visuelle est devenue cubique, il a toujours été délicat de tracer la ligne de distinction qui sépare le graphisme de la publicité et de l’art, avec lesquels le graphisme partage certains principes, théories, pratiques ou langages.

De plus, le graphisme cherche à ordonner l’information, à donner forme à des idées et à communiquer des émotions à travers des objets graphiques.

Les élément dominants du graphisme et ceux la communication visuelle sont originaires des grottes de Lascaux (entre 18 000 et 15 000 ans avant JC). 

Ces peintures rupestres marquent ainsi l’origine du graphisme. Plus tard viendra la naissance de l’écriture en Mésopotamie (vers 3500 avant notre ère). Le graphisme suivra ensuite l’évolution humaine, celle de l’écriture et enfin celle de la diffusion des images.

le graphisme classique

Celui-ci est essentiellement construit autour de la lettre :

  •     L’écriture phénicienne (1200 – 1100 avant notre ère),
  •     La capitale romaine,
  •     La minuscule carolingienne, appelée également Caroline,
  •     La calligraphie puis la typographie gothique (utilisée par Johannes Gutenberg vers 1440),
  •     L’écriture humaniste, utilisée pendant la Renaissance italienne.

Par la suite, le graphisme connaît ensuite une lente évolution au rythme des progressions techniques et culturelles. Un changement important intervient au XIXième siècle où une distinction apparaît entre les arts plastiques et les arts appliqués.

  •     Arts plastiques : tout part d’une inspiration,
  •     Arts appliqués : tout part d’une commande.

le graphisme contemporain : à partir du XX ième siècle

Avec l’industrialisation et l’avènement de la société de consommation, des nouveaux médias émergent et la publicité débarque à partir de 1945. Le graphisme prend alors le train en marche et se professionnalise pour valoriser et exploiter ces nouveaux outils de communication.

Le graphiste devient alors un professionnel, il formalise et clarifie un message de communication politique ou publicitaire puis le met en page graphiquement. L’Alliance graphique internationale est fondée à Bâle en 1950.

De 1960 à 1970, des affichistes tels que Cassandre, Savignac, Villemot et Jacno, se rendent célèbres avec le développement de la publicité.

Le graphisme, le design, la vidéo et la bande dessinée, se popularisent et quelques graphistes sont reconnus en tant qu’artistes : Roman Cieslewicz ou Grapus pour l’affiche politiqueJean Widmer pour l’Identité visuelle.

Les termes « graphisme » et « design graphique » sont des inventions du XX ième siècle, le terme « graphic design » est également de plus en plus répandu.

Graphisme : Jean Widmer-pictogram

le métier de graphiste

Le graphiste doit maîtriser les logiciels professionnels tels que Photoshop, Illustrator, InDesign, (suite Creative Cloud Abobe 2019). Il doit savoir dessiner et manier de nombreux codes visuels, notamment le langage des couleurs, la typographie …). 

De plus, il doit s’orienter de plus en plus vers des spécialisations dans le domaine de l’imprimé (édition), de l’interactivité (web, multimédia), voire de l’illustration ou de l’animation (motion design). Il doit être curieux et avoir une ouverture d’esprit assez grande pour pouvoir s’adapter à toutes demandes.

La traduction des idées en image s’effectue au minimum en deux étapes distinctes.

  • L’analyse de la demande du client : L’analyse de la demande du client est réalisée lors d’une rencontre créatif, suivi d’un cahier des charges.
  • La traduction des idées en images et la mise au point d’un concept : Une fois l’idée et les orientation définies, le graphiste l’exprime en image de manière esthétique pour traduire avec pertinence le message formulé par le client.

Le rôle du graphiste peut s’étendre jusqu’au choix du papier, des couleurs et des mots. Une fois l’image élaborée, elle peut se décliner sur des supports de communication tels que des affiches.

Les compétences et les qualités du graphiste

Le graphiste est indispensable dans tout le processus graphique, il doit :

  • être créatif,
  • être à jour niveau technologie,
  • avoir un bon sens de l’esthétisme et du graphisme,
  • éprouver de l’intérêt pour les livres, la mise en forme de l’image et du texte,
  • connaitre la signification des couleurs et leur symbolique.

En conclusion, depuis son origine, le graphisme est très présent dans notre société. Toute notre économie ou presque dépende de la communication visuelle, alors quel serait notre monde à l’heure actuelle, sans graphiste.

Laisser un commentaire

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité